#Joyeux45 interview avec José Asenjo: « Il est temps de passer à la vitesse supérieure et de réaliser de grands investissements »

José Asenjo, CEO y Director General de La Manga Club

En ce mois d’octobre, nous fêtons les 45 ans de La Manga Club. Le directeur général du complexe, José Asenjo, arrivé il y a 4 ans pour en faire un « parc à thème dédié au sport », fête également ses 45 ans ces jours-ci. Signe du destin ou coïncidence?

La Manga Club, le 29 octobre 2017.

Qu’est-ce qui a changé à LMC ces 4 dernières années ?

Deux changements fondamentaux ont eu lieu : le premier, dans lequel nous sommes toujours engagés, est le plus important. Il s’agit d’un changement culturel qui concerne le service et l’orientation client et où les employés jouent un rôle essentiel ; le deuxième s’est opéré grâce à linvestissement consacré, dans la mesure de nos moyens, à la réhabilitation de certaines infrastructures visant essentiellement à améliorer les terrains de golf, le centre de cricket, les restaurants et l’efficacité énergétique. Tous ces changements s’avèrent fondamentaux pour faire face à l’avenir et nous travaillons actuellement à la mise en place de grands investissements capables de toucher tous les domaines.

Quelle a été votre première réflexion en arrivant à LMC ?

Que l’expérience allait être plus simple qu’elle ne l’est et moins enrichissante qu’elle ne l’a été. Ces quatre années ont été aussi difficiles que positives et m’ont énormément aidé à grandir, aussi bien du point de vue personnel que professionnel.

Un fait marquant à retenir tout au long de ces années.

Il y en a eu beaucoup mais j’en retiendrais trois : la sortie du dépôt de bilan en 2014 qui a permis à tous de retrouver tranquillité et stabilité ; le fait de disposer d’une équipe de direction professionnelle au complet capable d’accélérer le processus de changement et enfin, le repositionnement de LMC vers de nouveaux produits tels que le cricket et vers le marché scandinave, par exemple.

Après ces 4 années, comment vous imaginez-vous dans 5 ans ?

J’aimerais continuer à faire partie de La Manga Club et constater que le complexe s’affirme comme étant le Meilleur Resort dEurope dédié au Sport. Nous avons franchi une première étape certes difficile, mais aussi très belle, visant à préparer l’avenir de l’entreprise, une mise au point pour le futur. Nous devons désormais franchir une autre étape et passer à la vitesse supérieure afin de réaliser de grands investissements pour grandir plus vite et créer de la valeur ajoutée.

Y a-t-il un projet important pour les années à venir dont vous pouvez nous parler ?

Nous sommes actuellement en train de plancher sur notre projet le plus important, qui consiste à placer LMC à un niveau supérieur. Pour cela, il est nécessaire de réaliser des investissements sur l’ensemble des produits de La Manga Club (Hôtel, Lomas, restaurants, golf, tennis, foot...) de manière à positionner le complexe au rang de « Meilleur Resort Sports et Loisirs d’Europe » pour la classe moyenne et moyenne supérieure. Au regard de la situation qu’a connue la société, nous n’avons jusqu'à présent réalisé que de modestes investissements (37 Spike & Sport Bar, The Village, terrains de golf, centre de cricket...) mais l’objectif est désormais d’opérer des changements bien plus ambitieux.

Vous dites toujours qu’un hôtel se doit dêtre une expérience pour le client. Où en est LMC à ce sujet ?

Nous venons officiellement de mettre en place des Programmes d’Amélioration de l’Expérience Client (Customer Experience) et de formation des Salariés (Employee Development) où client et employé sont au centre de toute la stratégie. Leur objectif est de faire en sorte que le client vive une expérience unique et pour y parvenir, nous devons le surprendre et dépasser ses attentes pour que ce dernier revienne mais aussi nous recommande.

Durant ces dernières décennies, le tourisme a beaucoup évolué et le client ne cherche plus désormais à profiter uniquement du soleil ou de la plage, ou à faire du sport (golf, tennis...) de manière isolée. Aujourd'hui, nous sommes capables d’offrir au client ce qu’il recherche et en tant qu’entreprise multiproduit, nous pouvons et devons optimiser l’expérience client au maximum. Nos expériences sont élaborées autour du concept alliant sport et loisir mais aussi gastronomie, santé et bien-être, culture et environnement.

Mon objectif est de transformer LMC en un parc à thème dédié au sport : je suis arrivé ici dans ce but. On m’a engagé pour faire prendre un tournant décisif au resort où chaque produit était géré de manière isolée. Désormais nous gérons ces produits en synergie, ce qui équivaut en quelque sorte à transformer un resort avec golf et tennis en un resort spécialisé en golf et en tennis et où le reste des produits tels que les restaurants, le Wellness Centre, les autres sports ou la culture font partie intégrante de la formule. Comme dans tout parc à thème, notre objectif est de surprendre le client en lui faisant vivre des expériences uniques, de créer leffet « Wow ».

À votre avis, quelle qualité les employés de LMC apprécient-ils le plus chez vous ?

Je dirais mes qualités humaines. Nous autres, dirigeants, sommes reconnus pour nos connaissances, nos compétences et notre mentalité mais sans qualités humaines on ne peut jamais être un bon dirigeant.

Quelle est la première chose que vous faites le matin en vous levant ?

Je m’accorde une heure rien que pour moi, un moment de réflexion qui m’est nécessaire pour bien attaquer la journée. Je dors peu et je me lève tôt. Dès mon arrivée au bureau à 8 heures, c’est une course sans fin. Commencer la journée dans le calme est donc une nécessité. Je prends ma douche, un bon petit-déjeuner, je regarde les informations...

Et avant de vous coucher ?

De la lecture, un bon documentaire, les actualités... Et j’essaie de penser à quelque chose de positif qui a eu lieu dans la journée pour m’endormir avec le sourire et de bonnes sensations. Parfois ce n’est pas simple, mais j’essaie toujours de penser à quelque chose de positif pour me vider l’esprit et passer un moment agréable.

Votre dernier lieu de vacances ?

Fuerteventura : j’avais besoin de faire une coupure. Je choisis la destination en fonction de mon humeur ou de mes besoins. La prochaine fois ce sera Rome ou Florence, que je connais déjà, mais que j’aime retrouver.

 

Quelle époque historique auriez-vous aimé vivre ?

La Renaissance italienne, l’Empire romain, la Révolution française, l’époque de Philippe II et de l’Empire espagnol, la Révolution industrielle... N’importe quelle époque où l’humanité a connu un progrès qui a signifié un avant et un après.

Un film.

J’en ai vu deux dernièrement : Blade Runner et Confident Royal. Et il y a peu de temps, un film sorti l’an dernier du genre drame policier que j’ai bien apprécié : Infiltrator.

Un livre.

En général je lis plusieurs choses en même temps, mais pas que des romans. En ce moment, c’est Le Prisonnier du ciel, de Carlos Ruiz Zafón.

Une chanson ou un groupe.

J’adore la musique d’une manière générale. J’apprécie tout autant la musique classique que folklorique, la musique italienne, la pop actuelle avec Rihanna et Sia ou des chanteurs espagnols tels que Manolo García. Et quand je vais au pub ou en boîte de nuit (plus trop maintenant), j’aime écouter de la house.

Un rêve à réaliser.

Devenir pilote de ligne ou architecte, il paraît qu’il n’est jamais trop tard.

Comment décririez-vous LMC à quelqu’un dextérieur ?

Un complexe très complexe qui réserve pourtant bien des surprises. La Manga Club possède un potentiel énorme qui reste méconnu de la plupart des gens. Un lieu unique et merveilleux où l’on peut vivre des expériences inoubliables.

 

Une dernière question, avez-vous amélioré votre jeu de golf ?

Non, il faut que je m’y attèle. Il faut que je me remette au golf et pour tout vous dire, je ne me sépare jamais de mon équipement, au cas où. J’ai toujours deux choses dans ma voiture : mon sac de sport pour filer à la salle en fin de journée si mon agenda me le permet et mon équipement de golf si je suis motivé. D’ailleurs, je vais bientôt y retourner, c’est sûr.