Aller au contenu principal
Andrés Lledó

Vous êtes ici

Andrés Lledó

Originaire de Los Urrutias, près de Cartagena, Andrés Lledó est un coureur d’ultramarathon. C’est sur le plan professionnel, et non sportif, qu’il a relevé son premier défi. Andrés s’est engagé en tant que plongeur sauveteur héliporté auprès de la société de sauvetage Salvamento Marítimo. Le plongeur sauveteur a pour mission d’intervenir dans les sauvetages les plus dangereux et dans les conditions climatiques les plus défavorables. Actuellement en poste à Majorque, Andrés Lledó fait partie de l’équipe en tant qu’opérateur de bord treuilliste sur l’appareil qui supervise la zone nord de la Méditerranée.

Lors de sa participation aux éditions 2009 et 2010 du Marathon des Sables, Andrés commence à prendre goût aux épreuves d’ultramarathon. La course, qui se déroule au Maroc, consiste à parcourir 350 km durant 5 ou 6 jours en plein Sahara. En 2012, il participe à l’Atacama Crossing et parcourt 250 km dans le désert d’Atacama au Chili. 

En 2014, il prend part à la course des 4Deserts. Réparties sur une année, les 4 épreuves totalisent 250 km et chacune d’elles se déroule dans l’un des 4 déserts les plus inhospitaliers de la planète : le désert du Sahara, le désert de Gobi, l’Antarctique et le désert d’Atacama.  Un parcours de 1000 km au total. Seuls 33 athlètes au monde sont parvenus à finir les quatre déserts dans la même année. Andrés en fait partie.

En 2015, il inscrit 3 courses à son palmarès : 

  • The Track, une traversée du désert australien du nord au sud sur une distance de 590 km,
  • La Transalpine-Run, avec un itinéraire de 250 km dans les Alpes à travers l’Autriche, la Suisse et l’Allemagne
  • et la Jungle Marathon, qu’il a terminé à la deuxième place. Un parcours de 254 km en 6 étapes et 7 jours à travers la jungle avec, au programme, des températures dépassant les 40 degrés, un taux d’humidité de 99 %, des rivières infestées de crocodiles, des piqûres de moustiques et peu de nourriture et de sommeil. L’épreuve, qui a lieu en pleine forêt amazonienne, est considérée comme la course d’endurance la plus dangereuse au monde. Les participants doivent affronter 254 km de jungle inhospitalière et dormir dans des hamacs pour éviter les piqûres.

En 2017, Andrés signe son retour à la compétition avec 3 épreuves qui ont lieu dans des conditions climatiques extrêmes : la ICE Ultra en Suède et son parcours enneigé, la Jungle Ultra dans la forêt amazonienne péruvienne et la Desert Ultra dans le désert de Namibie.